Histoire et patrimoine

Introduction

Notre cité a, semble-t-il, des origines anciennes. Située sur la voie romaine qui reliait l’actuelle Lodève au chef-lieu rouergat, un gué puis un pont, plus tardivement un château médiéval ont constitué les premiers points d’ancrage.

Assise sur les deux piliers que furent et que demeurent l’agriculture et l’artisanat, l’économie locale a prospéré jusqu’au XIXème siècle, avant que l’exode rural et le premier conflit mondial ne dessèchent la démographie.
Deux glorieux Saint-Beauzéliens ont fait connaître notre village au niveau national, un cycliste fameux, JULOU MERVIEL, qui a concouru au plus haut niveau plusieurs années durant et, d’autre part, un homme politique et académicien ALAIN PEYREFITTE, plusieurs fois ministre.

Visiter Saint Beauzély, c’est une rencontre avec l’histoire.
Tout d’abord la préhistoire aux dolmens d’Azinières, puis imaginer le maître bâtisseur au pied du treuil à tambour dirigeant la construction de l’église romane de Salsac, écouter les voûtes qui résonnent encore du plain-chant des murs disparus du prieuré de Comberoumal, découvrir les caselles de dalle de calcaire qui abritaient les bergers…

C’est aussi une rencontre avec la nature : admirer la variété inépuisable des fleurs du causse rouge, goûter au cidre produit à l’aide des pommes “passeroses” écrasées dans le fouloir qui trône dans l’escalier. Elles libèrent leur jus brun sous le cliquetis du pressoir. Décanté, le brun vire à l’or. Le jus calme devient vif. Il accompagne alors le craquement des châtaignes grillées des bois de Verdalles. Puis partez à la rencontre de la faune et de la flore locale sur un des nombreux chemins de randonnées qui sillonnent la commune.

Riche d’un patrimoine médiéval, la commune de Saint-Beauzély vous offre une découverte de son histoire, notamment lors d’une visite guidée au Musée de la Mémoire de la vie rurale ou lors des rencontres-visites du village.

Le bâti médiéval

Le bourg de Saint-Beauzély groupé autour de l’église est composé de belles maisons en pierre de grès. Nous y retrouvons des vestiges anciens assez importants : remparts, porte de la Madeleine, passage du Voultre, ruelles et passages. A Azinières, hameau de la commune de Saint-Beauzély, vous pourrez admirer l’église du XVIIIème siècle et son clocher carré à balustrades, le four à pain et son ancienne tour.

Le château de Saint-Beauzély

Un premier château existait au XIIème siècle. Il a été restauré au XVIème siècle. Ses deux corps de bâtiments avec mâchicoulis et fenêtres à croisées ouvrent chacun sur une belle porte à fronton triangulaire. S'appuyant sur le château, la porte de la Madeleine enjambe la rue. Elle témoigne des anciens remparts.

Le château abrite aujourd'hui le musée de la mémoire de la vie rurale. Il est inscrit aux Monuments Historiques depuis 1998.

Château-musée de Saint-Beauzély

Château-musée de Saint-Beauzély

Le Prieuré de Comberoumal

Le prieuré de Comberoumal est un ancien prieuré de l'Ordre de Grandmont, situé à Saint-Beauzély, dans le département français de l'Aveyron.

Remarquablement conservé et restauré, situé dans cadre enchanteur, il est inscrit au titre des monuments historiques depuis 1929.

Le nom de Comberoumal s'appliquait à celle de l'ordre de Grandmont, dont la fondation doit être attribuée à une donation des comtes de Rodez. Son nom est lié à son site : dans une petite combe proche d'un chemin « roumieu », c'est-à-dire une ancienne voie romaine.

Le monastère aurait été fondé en 1192. Une légende attribue la fondation à une dame de Saint-Beauzély en remerciement de la guérison de son fils après avoir prié pour Saint-Étienne, étant protectrice de moines de l’ordre de Grandmont installés au lieu de Laura-Ventosa. Les moines auraient quitté un ermitage troglodytique pour le nouveau monastère.

Le monastère était dirigé par un prieur qui possédait droit de justice haute, moyenne et basse sur une partie du territoire de la commune actuelle de Saint-Beauzély formant une seigneurie constituée de bois et de champs. Le prieuré fut réuni en 1317 à celui de Saint-Michel près de Lodève et ne conserva que quatre moines.

Puis il fut déserté à partir des guerres de religion. Il devint une simple chapellerie.

Prieuré de Comberoumal

Prieuré de Comberoumal

Au XVIIIe siècle, lors de la suppression de l’ordre de Grandmont (1772), il n’y avait plus qu’une famille de fermiers, les Alric, pour gérer économiquement le domaine.

Le monastère et ses terres furent vendus en 1791 comme bien national à la famille de Julien de Pégayrolles.

En 1820, il passe à la famille qui en est toujours propriétaire aujourd’hui et qui élève des brebis. Des salles peuvent être louées pour des mariages, réceptions et séminaires. Des concerts sont donnés l’été à l’ancienne église.

Église Saint Jacques de Salsac

Ce monument est un édifice préroman ainsi que roman des X° et XII° siècles, bâti en pierres de grès et couvert en lauzes de schiste, inscrit aux monuments historiques en 1995.

Probablement construite sur les bases d’une villa gallo-romaine située au bord d’un ancien chemin reliant la voie romaine de Millau à Rodez via Ségur, cette église est dotée de détails architecturaux de qualité : voûte en plein cintre, fragments de peintures…

Église Saint Jacques de Salsac

Église Saint Jacques de Salsac

Sanctuaire des Basiols

Ce sanctuaire d’époque gallo-romaine est situé sur la commune de Saint-Beauzély.

Il comporte neuf chapelles distinctes entourées d’une enceinte. Faute d’inscription ou de représentation de divinités, on ignore quels cultes y étaient célébrés.

Il est inscrit aux monuments historiques depuis le 14 avril 1992.

Des travaux de reboisement du secteur sont à l’origine de la redécouverte du site. Le déboisement de 1981 révéla la présence de tuiles romaines et de blocs de grès. Une prospection archéologique en 1986 confirma la présence de vestiges antiques. Des fouilles en 1987 et 1991 dégagent le sanctuaire, qui a été restauré en 1993 par la consolidation des murs vestigiales.

Dolmens

Autour de Saint-Beauzély, 10 dolmens et un menhir ont été recensés, ces monuments servaient de sépultures dont vous trouverez des éléments exposés au musée de Millau.

Certains d’entre eux ont disparu aujourd’hui. Quelques-uns méritent un détour comme ceux de La Tâcherie, d’Azinières, de Barruques ou de Bonneviale. 

Empreintes de dinosaures

Les grands reptiles de la fin du Crétacé ont laissé leurs empreintes gravées dans les strates de calcaire de nos Causses.

Ces géants carnassiers ou herbivores, il y a 120 millions d’années, vivaient aux confins de la lagune et des massifs anciens sous un climat tropical.

Leurs traces sont visibles à proximité du village

Les Caselles